Le Green Spirit Project

Évènements

28 févr. 2018
Le Green Spirit Project

Réunir et conscientiser les jeunes sur l’importance de l’écologie. C’est ce que ENL Foundation souhaitait accomplir en lançant le Green Spirit Project en 2014. Dans cette optique un Eco Club a été créé en rassemblant les jeunes de tout âge des régions dans lesquelles la fondation est active, notamment, Alma, Pailles, Rivière Noire et Moka/Saint-Pierre, entre autres. 

L’objectif principal étant d’aider ces derniers à agir comme un citoyen responsable et de développer des réflexes écologiques à travers des activités ponctuelles.« Les Mauriciens se sentent de plus en plus interpellés par des questions d’ordre environnementales et le pays a besoin de ressources supplémentaires pour protéger l’environnement. L’initiative Green Spirit Club vise à faire émerger une communauté de citoyens équipés et compétents pour contribuer à la protection de l’environnement,» explique Mario Radegonde, Head of CSR du groupe ENL et Manager d’ENL Foundation.

La fondation entend jouer un rôle majeur dans la réalisation de ce défi. « La création de cet Eco Club est un pas en avant dans notre volonté de promouvoir une idéologie verte et fédérer les communautés autour d’une thématique cruciale pour le pays. Le Green Spirit Project a déjà atteint des centaines de jeunes et je peux affirmer avec certitude que ces derniers sont désormais plus conscients des enjeux écologiques et de leur importance pour notre futur, » poursuit-il.

En créant cet Eco Club, ENL Foundation a permis aux jeunes d’acquérir des connaissances poussées sur la conservation et la préservation de l’environnement mais aussi de notre patrimoine. « Le Green Spirit Project n’est pas qu’un club mais se veut être une école de pensée où l’individu est appelé à faire preuve de créativité et d’innovation afin de développer ses compétences en leadership sur les problèmes environnementaux. Les actions entreprises se doivent d’avoir un impact positif sur les familles, les écoles et la communauté dans son ensemble, » soutient Mario Radegonde. Même si le Green Spirit Project se veut sérieux et responsable, il ne néglige pas les aspects amusement et plaisir qui sont primordiaux pour consolider l’esprit du groupe.


Depuis son lancement, l’équipe de Green Spirit a déjà pas mal d’activités à son actif. Sa première sortie a été faite pour faire découvrir et pour une opération de nettoyage de la réserve naturelle de l’île aux Aigrettes. Elle a participé activement à la compagne de sensibilisation de Paws concernant les chiens errants et la stérilisation de ces derniers. Les jeunes sont aussi allés à la découverte des jardins bio de SAFIRE et ont appris un brin sur les cultures dites bio. Ils étaient également présents sur les lieux pour le nettoyage du site du Moka Trail et pour l’embellissement de quelques sites de St Pierre. Ailleurs, à Rivière Noire, l’équipe a nettoyé la plage publique à l’occasion de la traditionnelle Régate et les jeunes ont participé à une exposition écologique au Phoenix Mall à l’occasion de la Journée mondiale de l’Environnement. La dernière activité en date du collectif est un atelier d’apiculture sur la fabrication du miel et de ses bienfaits.

Pour 2018 le calendrier s’annonce lourd. Plusieurs activités sont déjà à l’agenda et l’Eco Club souhaite aider dans la promotion des projets environnementaux et communautaires. Il aura aussi pour mission d’appuyer ENL dans ses projets verts et dans celle de la restauration de l’habitat des animaux. « La dynamique au sein de l’Eco Club est très bonne. On note un véritable engouement des jeunes à apprendre et à découvrir des choses pour devenir des citoyens responsables. Au niveau de l’ENL Foundation, on souhaite leur offrir la possibilité de devenir autonome et de pouvoir proposer des solutions efficaces pour améliorer la vie au sein de leur communauté, » martèle Mario Radegonde.

La grande aspiration du Green Spirit Project est d’arriver à offrir aux jeunes les connaissances nécessaires pour qu’ils puissent composter leurs propres déchets que ce soit à la maison ou à l’école. « Tous ceux qui participent à ce projet, au-delà d’être un membre de l’Eco Club, sont des ambassadeurs écologiques pour une ile Maurice meilleure et plus propre, » affirme Mario Radegonde.